Statistiques

1126272 visteurs
59 aujourd'hui

Publicité

Cabaret

I / LE MOULIN ROUGE

     Célèbre dans le monde entier pour son French Cancan, immortalisé par Henri de Toulouse-Lautrec, le Moulin Rouge est le plus ancien cabaret parisien. Son histoire est remplie d’anecdotes et, aujourd’hui encore, les spectateurs viennent du monde entier pour assister à ses somptueuses revues.


Histoire du Moulin Rouge :
     Le Moulin Rouge a été construit en 1889 par Joseph Oller et Charles Zidler qui possèdent déjà l'Olympia. Il est situé au pied de la Butte Montmatre, Place Blanche dans le XVIIème arrondissement.

     Les premières revues, celle des Circassiens et Circassiennes en 1890, sont montées autour du fameux French Cancan. Des concerts bals y sont organisés tous les soirs et deviennent rapidement très prisés.
     Les danseuses du Quadrille en costume affriolant et le Cancan aux rythmes endiablés font perdre la tête au Tout-Paris. Les plus illustres danseuses de l'époque rivalisent sous des pseudonymes particulièrement imagés et plutôt canailles (Jeanne la Folle, La Goulue, la Môme Fromage, Nini Pattes en l'Air).
     Ce cabaret a connu un début en fanfare mais, à l'orée du siècle, le Quadrille n'est plus à la mode. Le 29 décembre 1902, le bal du Moulin Rouge se transforme en théâtre-concert, sous la houlette de son nouveau directeur M. Paul-Louis Flers. Ce revuiste bien connu sur la place de Paris souhaite en faire un lieu beaucoup plus prestigieux mais ne reste à la tête du célèbre établissement que 9 mois. De nombreux directeurs lui succèderont, ce qui n'empêchera pas le cabaret de trouver sa vitesse de croisière.

     Début 1900, l’établissement se transforme en véritable temple de l'opérette. Les spectacles y sont inspirés par la musique d'Offenbach.

     En 1907, une certaine Mistinguett fait ses premiers pas sur la scène du Moulin Rouge dans "La Revue de la Femme" en créant ainsi le concept de Music-Hall.

     Après la seconde guerre, il faudra six ans pour que le cabaret retrouve de sa splendeur. Le 22 juin 1951, Georges France dit Jo France acquiert le Bal du Moulin Rouge et se lance dans des Travaux titanesques pour redonner au célèbre établissement son faste d'antan. Le décor imaginé par Jo France et réalisé en grande partie par le peintre Henri Mahé, ravit aujourd'hui encore les visiteurs.

Notoriété du Moulin Rouge dans le monde :
     Toulouse-Lautrec, fidèle parmi les fidèles, est le grand témoin de la période faste du cabaret. Dix-sept de ses œuvres, dont certaines sont célèbres dans le monde entier, sont directement inspirées de ce lieu.
     Non seulement le Moulin Rouge est le plus célèbre cabaret du monde, mais son style et son nom ont aussi été imités et empruntés par d'autres cabarets du monde entier. Il compte parmi les monuments légendaires de Paris. Les stars du monde entier de passage à Paris, Ella Fitzgerald, Liza Minnelli, Frank Sinatra, Elton John se sont produites au Moulin Rouge lors de galas exceptionnels, succédant ainsi à des artistes français prestigieux, Maurice Chevalier, Jean Gabin, Edith Piaf ou Yves Montand.

     Ce cabaret a aussi inspiré une quinzaine de spectacles et de films dont le plus récent est "Moulin Rouge" de Baz Lurhmann, mais aussi des dizaines de livres (historiques, portfolios, romans...).

Une soirée au Moulin Rouge :
     Le Moulin Rouge ouvre ses portes à 19h00. Les spectateurs peuvent choisir entre deux formules, le dîner spectacle ou le spectacle seul (deux représentations par soir : 21h00 et 23h00). Un orchestre de musique accompagne le dîner où trois menus concoctés par le chef Laurent Tarridec son proposés. Toutes les formules comprennent une 1/2 bouteille de champagne par personne.


     Depuis Cancan en 1961, Doris Haug et Ruggero Angeletti mènent la danse avec les fameuses Doriss Girls. La dernière revue en date, « Féerie » est composée d’une troupe de 80 artistes, dont les 60 Doriss Girls recrutées dans le monde entier, de 1 000 costumes de plumes, de strass et de paillettes réalisés dans les ateliers parisiens les plus renommés et de décors somptueux fabriqués par des artistes italiens.


     Une petite anecdote : ce cabaret est le plus grand client de champagne au monde, avec environ 240 000 bouteilles par an (une bouteille de champagne sur mille est consommée au Moulin Rouge).

     Le Moulin-Rouge fête ses 120 ans dans des décors somptueux, au rythme du french cancan. Mais derrière les strass et les paillettes se cache une véritable entreprise. Cette PME dynamique de 450 employés qui en fait travailler indirectement 1 500 autres est une véritable "success story". Son chiffre d'affaires atteint 45 millions d'euros et il affiche un taux de remplissage record de 97 % (850 places). 600 000 spectateurs assistent chaque année à une des deux représentations données chaque soir 365 jours par an et au cours desquelles ils consomment 240 000 bouteilles de champagne.
     Pourtant le cabaret de la place Blanche, propriété de la famille Clérico depuis 1955, revient de loin. En 1997, il dépose le bilan. La gestion est remise à plat, une nouvelle politique commerciale mise en place avec de nouveaux objectifs. "Maintenant on va chercher le client. C'est un vrai travail de fourmi", concède Jean-Jacques Clérico, président du directoire. En 2001, le film Moulin Rouge avec Nicole Kidman arrive à point nommé.
     De plus, aujourd'hui, l'envers du décor est aussi dévoilé. En témoigne la publication de livres dont Moulin Rouge ! 120 ans en images du plus célèbre cabaret du monde (Albin Michel), sort ce mois-ci ; des reportages télévisés diffusés dans le monde entier. A cette volonté d'ouverture s'ajoute une politique de proximité illustrée par sa participation cette année pour la première fois à la Journée du patrimoine.


     Ces opérations de marketing et de relations publiques ont bouleversé la structure de la clientèle. Elle est désormais plus jeune (en moyenne entre 35 et 40 ans). Alors qu'il y a quinze ans les étrangers représentaient 80 % du public, ils ne sont plus que 50 %. Les Chinois ont remplacé les Japonais devant les Américains, les Russes, les Espagnols et les Anglais.
     L'établissement s'interdit de voir une nationalité dépasser les 10 %. Ces quotas sont autant d'assurances tous risques qui l'ont protégé de toutes les crises, y compris celle du 11-Septembre. Internet lui a permis de diversifier davantage sa clientèle. "Aujourd'hui un client peut même réserver de Tombouctou. Avec 7 % des réservations, Internet est notre premier client", dit Olivier Villalon, directeur général.
     Cette diversification est devenue indispensable tant les enjeux financiers sont importants. L'actuelle revue, Féerie, représente un investissement de 12 millions d'euros dont 4 millions pour les 1 000 costumes et les 400 paires de chaussures, toutes sur mesure. Une seule paire de cuissardes en strass coûte 3 000 euros ! Sans compter la musique : signée Pierre Porte, elle a mobilisé 80 musiciens et 60 chanteurs pour un coût de 2 millions d'euros. Ce montant est justifié par le fait qu'on estime que 50 % de la pérennité d'un spectacle vient d'elle.
     De telles superproductions ont des durées de vie supérieures à dix ans. Formidable, la revue du centenaire, a été vue par 4,5 millions de personnes en onze ans et Féeries, qui se joue depuis 1999, s'arrêtera en novembre 2012. Le compte à rebours de la suivante a déjà commencé. Son nom, qui commencera par un F comme toutes depuis 1962, a été choisi mais reste secret. La musique est même enregistrée.


     Fort de sa belle santé, le Moulin- Rouge a racheté deux de ses fournisseurs : la maison Clairoy, spécialiste de la chaussure sur mesure, il y a deux ans et demi. Depuis un mois, elle a relancé une gamme sur mesure pour hommes qui sera suivie par une collection pour femmes. La seconde acquisition est celle de la maison Février, le dernier plumassier de France.
     La famille Clérico après avoir acheté la marque Moulin-Rouge en 2005, en a acquis les murs le 30 juin 2009 et détient aussi la Loco. Déjà, elle envisage de racheter le fonds de cette discothèque pour développer son offre en direction des entreprises.

     Le moulin Rouge a été le premier Théâtre au monde à mettre en place un système sonore dit "5.1" (système audio à cinq voies, destiné à reproduire six canaux sonores)

     Dominique BERTRAND a été pendant plus de 25 ans le conseiller technique du Moulin Rouge. A ce titre, il a recruté le compositeur, parmi trois proposés : Pierre Porte.
Il fallait en effet que celui-ci adopte totalement le concept novateur et réalise des enregistrements de studio compatibles.

     Le concept était en effet nouveau, il s'agissait d'introduire de la musique classique dans un cabaret, lui conférant allure et classe.

     Pour ce faire, le niveau d'exigence fut placé haut. Il fallait que le son soit le plus naturel possible et ne ressemble en rien à de la "sono" traditionnelle.

     A cette l'époque le système était très complexe, car il fallait gérer en même temps : un orchestre "big-band"et des ensembles enregistrés en studio.
Le tout étant obligatoirement synchronisé et bien entendu, se fondant parfaitement.

     Pour atteindre ces objectifs, une console de mixage spéciale a été mise au point en collaboration avec SSL,fabriquant le plus réputé de consoles de studio.
     Elle comportait les 6 sorties indispensables à la restitution 5.1.
     De petites consoles numériques Yamaha servaient de pré-mix aux différents sous-groupes de l'orchestre. Basse, percussions, sections de cuivres, etc...

     Les enceintes ont été réalisées en collaboration avec le réputé Alain Pouillon Guibert (APG).
     Leur bande passante et directivité étaient particulières.
     Tout le monde pouvaient ainsi profiter d'un son immersif.
     Des articles de l'époque ont stipulé qu'aucun système ne pouvait restituer cette atmosphère qui n'était audible que dans ce lieu.

     Le système avait de surcroit été prévu pour, petit à petit, se passer d'un orchestre live, grâce à des magnétophones numérique multi-pistes. Ce qui est le cas aujourd'hui.

     La régie de cette époque à coûté plus de 10MF.







II / LE LIDO

    D'origine italienne, les frères Clérico, Jean et Joseph, reprennent en 1946, sur les Champs-Élysées "La plage de Paris", établissement très en vogue à la Belle époque et dont la décoration était très inspirée par Venise et sa célèbre plage du Lido.
    Ils le transformèrent entièrement pour en faire un cabaret unique au monde dont l'inauguration eut lieu le 20 juin 1946 avec un spectacle intitulé "sans rimes ni raison".

    Avec la collaboration de Pierre-Louis Guérin puis de Renée Fraday et de Miss Bluebell (Margaret Kelly), le Lido invente la formule "Dîner-spectacle" qui sera copiée dans le monde entier.

    En 1955 les frères Clérico ont inauguré le Lido au Stardust de Las Vegas qui a connu un succès ininterrompu jusqu'en 1992.


    Le succès du Lido le conduit à s’agrandir en 1977 et à s’installer toujours sur les Champs-Élysées au sein de l’immeuble Normandie sur plus de 6 000 m² de surface avec une salle panoramique sans poutres sur deux niveaux de 1 150 places créée par les architectes italiens Giorgio Vecchia et Franco Bartoccini.
    Un ascenseur permet au parterre où sont assis 300 convives pendant le dîner de s’enfoncer de 80 cm dans le sol pour assurer une visiblité parfaite pendant le dîner. Shirley MacLaine, Laurel et Hardy, les Sœurs Kessler ou encore Elton John s'y sont produits. A l’affiche actuellement, 365 jours par an, la Revue « Bonheur » avec 70 artistes dont les célèbres Bluebell Girls® et les Lido Boy Dancers, des attractions, une patinoire de vraie glace, 23 décors, 600 costumes...







III / LE CRAZY HORSE

Le Crazy Horse : le plus glamour des cabarets parisiens
     Depuis 1951, le Crazy Horse sublime la beauté féminine en habillant ses danseuses de subtils jeux de lumières. Ce cabaret internationalement connu pour offrir le plus beau spectacle de nu au monde a élevé le nu féminin au rang d’art. Le Crazy Horse Saloon, plus connu sous le nom de "Crazy Horse" est l’un des plus célèbres cabarets parisiens.      Il doit notamment sa renommée à ses numéros mêlant l’érotisme à une esthétique très sophistiquée. Ce haut lieu de la nuit parisienne a été créé en 1951 par Alain Bernardin et repris par ses trois enfants jusqu'en juillet 2005.
     Il a ensuite été racheté par Philippe Lhomme et Yannick Kalantrian. Ses spectacles empreints de sensualité et de glamour et son cadre intimiste, récemment rénové, ont fait du Crazy un lieu unique au monde.


L’art du nu :
    La particularité des spectacles du Crazy Horse réside dans les effets de lumières très sophistiqués qui sont utilisés pour "habiller" les danseuses et sublimer leur beauté. Chaque numéro, conçu autour d'une chorégraphie, d'un décor et de lumières qui mettent en valeur les danseuses, est empreint d’un érotisme esthétique plein de créativité et de mystère. Outre ces célèbres tableaux érotiques célébrant la beauté et la sensualité, le spectacle est entrecoupé de numéros de cabaret traditionnels, avec des magiciens et des ventriloques


    FOREVER CRAZY, nouveau spectacle du CRAZY HORSE, haut lieu de la nuit parisienne, une salle au nouveau visage souvent comparée à une petite boite à bijoux. 19 danseuses talentueuses, glamour et impertinentes, de la musique enchanteresse, des lumières étonnantes -- une soirée inoubliable.
    Le CRAZY HORSE, cabaret de renommée internationale, au coeur du Triangle d'Or. Un show de 90 minutes à l'esthétisme sans concession, un parfait dosage de beauté, de grâce et de précision articulé autour de 14 tableaux.


    FOREVER CRAZY est interprété par une troupe multiculturelle de 19 danseuses talentueuses dans un écrin où les jeux d'ombres et de lumières évoquent mystère et érotisme.

    6 Millions de spectateurs, de Kennedy à Beyoncé, de Johnny Hallyday à Madonna gardent un souvenir magique du CRAZY HORSE, reconnu par tous dans le monde entier comme un haut lieu de l'art, de la création et du spectacle. De grandes artistes internationales telles que Dita von Teese, Arielle Dombasle ou encore très récemment Pamela Anderson se mêlent aux danseuses du Crazy Horse.

    2008: Le danseur chorégraphe Philippe Decouflé, devient le directeur artistique du Crazy Horse saloon.